mercredi 16 novembre 2011

La gare d'Arnex


Gare d'Arnex sur la ligne Lausanne-Vallorbe
Elle a perdu son chef de gare depuis de nombreuses années, mais si son histoire vous intéresse en voici quelques détails




L’arrivée des chemins de fer en Pays de Vaud
La ligne Yverdon-Bussigny, mise en service le 7 mai 1855, est prolongée le 1er juillet par le tronçon Bussigny-Morges. La liaison avec Lausanne est établie un an plus tard, le 5 mai 1856.
Arnex, desservie à partir de 1869, se trouve sur la ligne qui va de Jougne à Eclépens.

On rappellera qu’un certain Henri Baudat est accidenté en 1854 au tunnel du Mormont et touche deux francs à titre de secours pour se faire soigner à l’hospice cantonal !

Tractations financières
Le 17 janvier 1858, nos archives mentionnent pour la première fois le passage de la ligne Eclépens-Jougne sur le territoire de la commune : selon un arrangement à l’amiable, la Compagnie de chemins de fer verse à la commune 350 fr. pour des dégâts à la forêt du grand Chanay. En 1866, c’est une indemnité de 250 fr. qui est accordée pour les mêmes raisons.
Pour faciliter le financement de ses investissements, la Société Jougne-Eclépens reçoit une subvention cantonale de 3,8 millions de francs, plus 600'000 fr. de la part des communes. Mais le 15 août 1866, assemblé sous la présidence de Jaques Werren, le Conseil général d’Arnex refuse par 48 voix contre 39 d’accepter cette subvention. Suite à une pétition de 30 citoyens, le Conseil accepte deux mois plus tard de verser deux mille francs sur trois ans.

Le 6 avril 1867 a lieu une séance d’information du Conseil général pour déterminer le sort des chemins coupés par la ligne ferroviaire. Le Conseil demande un passage à niveau au nord de la gare d’Arnex et accepte d’abolir le passage pour le chemin de Bofflens. La Compagnie est chargée de construire un chemin pour rejoindre la route de Romainmôtier, l’actuelle route de Bofflens. Le Conseil général nomme une commission chargée de surveiller ces travaux.


Il faut également procéder à la vente du terrain nécessaire ; les archives de P.M. Glayre (ACV sous PP 106) nous en donnent quelques détails :
o          La gare d’Arnex est construite sur des terrains appartenant en partie à Suzanne de Lerber, achetés en 1868 par la Compagnie du chemin de fer de Jougne à Eclépens au prix de 5 fr. la perche, plus 7.90 fr. pour deux arbres fruitiers.

o          En 1906, une nouvelle vente est nécessaire au doublement de la voie. Le terrain est payé un peu plus cher : 10 fr. la perche en Bulande et 13 fr. en Sangolin.

En 1899, la compagnie Jura-Simplon achète du terrain le long de la tranchée des Saugettes pour y installer des pare-neige.
Le passage à niveau de Sangolin fait l’objet d’un arrangement entre la Compagnie et la commune : cette dernière prend à sa charge le coût de la barrière (y compris l’huile) et l’entretien des nouveaux chemins longeant la voie de chemin de fer. La commune nomme aussi un garde-barrière .

En juillet 1870, le garde-voie est la veuve de Pierre Gilliard ; elle est payée par la commune à raison de 15 fr. par mois.

Salaire de la veuve de Pierre Gilliard, garde-barrière dès 1870

L’arrivée de la première locomotive à vapeur en gare d’Arnex
Ce sont les comptes de 1869, qui nous l’annoncent, grâce aux factures du cafetier de la Croix-Blanche et d’autres particuliers : pour la première fois la locomotive est arrivée à la gare
L’année suivante, l’inauguration de la gare d’Arnex laisse quelques traces dans notre comptabilité, avec des frais qui alternent avec ceux d’une élection au Grand Conseil… 
La ligne Cossonay-Vallorbe est inaugurée le 1er juillet 1870. Le prolongement par Jougne vers Pontarlier est mis en fonction cinq ans plus tard, le 1er juillet 1875. Ce tronçon est abandonné suite au percement du tunnel du Mont-d’Or le 15 mai 1915.
Si cet ancien tracé vous intéresse, vous pouvez y jeter un coup d’œil, le long de la route Jougne-Pontarlier : ces dernières années, des passionnés du rail ont remis en fonction quelques kilomètres de l’ancienne ligne.

Les travaux du XXème siècle : double voie en 1906 et électrification en 1923
Pour répondre à l’augmentation du trafic, la voie est doublée en 1906: c’est l’occasion de remplacer les passages à niveau par des ponts ou des tunnels et d’installer un quai de déchargement à la gare. Les postes de garde-barrière sont alors supprimés.

     
Une ancienne maison de garde-barrière devenue inutile dès 1906 à cause du nouveau pont

Cette extension des voies ferrée nécessite de nouveaux achats ou des expropriations de terrain, ainsi que la mise à l’enquête des ponts, des tunnels et du quai. La Municipalité demande un passage sous voie pour la route de Bofflens et pour le pont de la route Arnex-Pompaples, une pente de 3% au lieu des 5% prévus.
En 1923, les locomotives à vapeur prennent congé, car la ligne est électrifiée. La passerelle de Jugny doit alors être surélevée, mais elle est finalement supprimée en 1981, malgré quelques oppositions.

En 1971, le passage sous voie de la gare est creusé ; vers 1978, les chefs de gare s’en vont.
En 2006, la voie de déchargement des marchandises est supprimée. La gare d’Arnex devient ainsi une simple halte, mais une halte fort utilisée par les gens du village et de la région.
En 2010 la halle à marchandises est détruite pour aménager un parking payant.
Voir l'article dans la catégorie bâtiments disparus

Aucun commentaire:

Publier un commentaire