samedi 28 mars 2020

Chutes et cascades de la région


Chutes et cascades de la région


Bien sûr, les modestes cascades de notre région ne rivaliseront jamais avec les superbes chutes d’Islande ou celles du Niagara, et pourtant elles sauront vous surprendre au gré d’une promenade.

Mais il faut choisir le bon moment. Certaines, comme celle du grand Fontanney, sont assez exceptionnelles et d’autres sont complétement à sec durant l’été.


La Tine de Conflens

Où la Venoge rencontre le Veyron, qui lui perd son nom !

L’an dernier, l’accès à ce lieu très connu a été grandement amélioré et sécurisé, merci à la commune de la Sarraz et à tous ceux qui ont mis la main à la pâte.




La Tine de Conflens










Une carte postale envoyée en 1903






La cascade du Dard.

Continuons par un lieu tout autant connu, la cascade du Dard du Nozon, juste en dessous de Croy.





Cascade du Dard vers Croy au printemps




Et en hiver


Selon Bossard et Chavan, le terme dard signifie cascade. Il est donc normal de trouver d’autres Cascades du Dard, comme par exemple celle située au-dessus des Diablerets





Cascade du Dard des Diablerets


Entre Nidau et Romainmôtier
Si la cascade du Dard est la plus connue il ne faudrait pas oublier un autre secteur du Nozon à découvrir celui situé entre Nidau et Romainmôtier.
Des cascades plus modestes, mais très variées cachées entre de longues plaques de calcaire.










Quelques cascades entre Nidau et Romainmôtier

La cascade du Golet du Chien

L’eau récoltée dans le petit vallon partant du Fochau vers la gare de Croy et passant en dessous de Bretonnières fait un long trajet sous terre dans un tuyau.

Mais après avoir revu le jour, elle forme une jolie petite cascade avant de rejoindre un peu plus bas le cours de l’Orbe.

Golet signifie un couloir ou un passage étroit, ce qui correspond bien à la topographie du lieu.








Cascade du Golet  du Chien


Si le projet de détourner le cours du Nozon avait été admis en 1767, cette cacade aurait maintenant un débit bien plus important.

En revanche celle du Dard serait à sec !

Pour plus de détail sur cet épisode voir :

https://arnexhistoire.blogspot.com/2011/11/le-detournement-des-eaux-du-nozon-riere.html



En dessous de la carrière jaune de Ferreyres

Souvent à sec, parfois juste avec un filet d’eau cette cascade donne naissance au petit ruisseau qui se faufile dans la Vallée d’Engens sous la carrière Jaune jusqu’à la Cressonnière où il rejoint le Nozon.






Cascade au début de la Vallée d’Engens



Les cascades du bois de la Côte de Lin

Le petit ruisseau qui récupère l’eau de l’étang d’Arnex et les drainages de la Combe derrière Bioute forme de nombreuses petites cascades en traversant la forêt de la Côte de Lin.

Et va devenir le ruisseau des Vaux pour se jeter dans le Nozon après avoir été mis sous terre à travers les champs du Breuil.

Mais lui aussi est parfois à sec en été.





Cascade dans la forêt de la Côte de Lin à grand débit !





Et parfois aussi complétement à sec en été !





En version hivernale



La cascade de Fontanney ou Fontanay

Cette cascade près de Vugelles la Mothe  n’est pas très facile à observer car elle fonctionne uniquement après une période de grandes pluies.

Selon un ancien habitant, c’est une moyenne de 70 jours par an, mais dans une fourchette de 30 à 100 jours selon les ans.





Cascade de Fontanney à Vugelles la Mothe


Pour plus de détails, un clic vous dira tout sur cette cascade :

https://arnexhistoire.blogspot.com/2014/02/le-fontaney-ou-les-fontannets-de.html



Le saut du Day

L’Orbe ne fait pas de grandes cascades, mais il tout de même citer le saut du Day.





Le saut du Day


Le saut du Day, un jour de grand débit le 7 janvier 2018


Rappelons que cette petite chute a été utilisée pour y construire deux usines électriques. En fait plusieurs au cours des ans. Elles ont été supprimées après la construction du barrage.






Les usines électriques du Saut du Day

http://arnexhistoire.blogspot.com/2013/02/gorges-de-lorbe-et-ses-usines.html


Les cascades des Gorges de Covatanne

L’Arnon, qui descend depuis Sainte-Croix jusqu'à Vuiteboeuf à travers les gorges de Covatanne ne forme pas de grandes chutes, mais de multiples cascades très variées.

En voici quelques-unes :





















Notons aussi la petite cascade qui sort de la grotte du Vertige sur la rive gauche.

La prise d’eau de la future usine électrique de Vuiteboeuf devrait se trouver en cet endroit.





Et nous voilà au dessus












lundi 9 mars 2020

Un bout du marais de la plaine de l'Orbe


Arnex posède un bout  du marais de la plaine de l’Orbe



Actuellement, environ 76 hectares du marais de la plaine de l’Orbe se trouvent sur la commune d’Arnex. Le marais jouxte quatre autres communes : mais dans cette région d’accès difficile, les limites communales entre Arnex, Orbe, Chavornay, Bavois et Pompaples ont été souvent modifiées, parfois après de longs conflits, parfois plus sereinement après des remaniements parcellaires comme ce fut le cas avec Pompaples en 1947.



Le marais rapporte

Très longtemps, ces terrains humides et mal drainés ne sont que des pâturages exploités en commun. Une grande partie du marais est aussi misée, comme le montre cet extrait des recettes communales de 1860 :


Vente des récoltes



Noix, poires sauvages et pruneaux du bord des chemins sont vendus, mais leur rapport est peu élevé, à peine septante batz.



Fourrage et pâturage

Jusqu’en 1872, le fourrage et le pâturage sont les principaux apports du marais aux finances de la commune.

En 1807, 132 chevaux sont en pension et coûtent 4 batz chacun à leur propriétaire (qui peut en avoir jusqu’à six), ce qui n’est pas très cher : ce prix de pension correspond à deux demi-journées de travail pour la commune. Déduction faite des 128 batz versés à François Bonzon, le berger de nuit, il reste 400 batz ou 100 florins pour la caisse communale.

En 1828 est construite la bergerie. Son loyer est fixé à 25 fr. du 1er avril à la Saint-Martin.

En 1874 la Société de bergerie (le contrat est signé par Auguste Bonzon, président de la bergerie) loue à la commune, durant tout le temps que les moutons peuvent paître, le grand marais du côté de Pompaples pour 50 fr. ; la commune se réserve toutefois le droit de faire miser ce que les moutons auront laissé, soit le roux.



Extraction de la tourbe

Le 24 avril 1864, le Conseil général charge la Municipalité de présenter un rapport détaillé sur les diverses manières d’exploiter la tourbe et de calculer le prix de revient du moule. Le 1er juin, le Conseil accepte le préavis municipal qui stipule :

La tourbe devra être extraite avec un louchet loué au Comte Dunin. Louchet qui sera à la charge de l’entrepreneur.

Le Conseil demande également que la soumission pour l’exploitation de la tourbe se fasse dans la localité.

En février 1865, le Conseil renonce à exploiter la tourbe du marais ; mais sept ans plus tard, ce même Conseil autorise l’achat d’un louchet.

Et le 28 avril 1872 la Municipalité fixe les conditions de l’exploitation de la tourbe :

1° La tourbe devra être arrachée pour le 10 juin 1872 et devra être reconnue quand elle sera sèche.

2° Le payement s’effectuera le 1/3 quand elle sera arrachée et le restant lorsqu’elle sera reconnue sèche par la Municipalité. La tourbe devra être arrachée à vent du fossé déjà ouvert.

  Si la tourbe n’étoit pas arrachée à l’époque fixée ci-dessus, il seroit fait un rabais de 1 franc par moule qui resteroit à arracher et par jour de retard.

Les soumissionnaires choisis sont François et François feu Louis Monnier, qui proposent 10.50 fr. par moule ; le 22 mai 1872, la Municipalité achète un louchet d’occasion pour la somme de 300 fr.

En 1873 ce sont François Baudat et Louis Gozel, soumissionnant pour 6.50 fr. par moule, qui emportent le marché. Revendant la tourbe à 7 fr. le moule, la commune ne fait pas de bénéfice. En 1874 l’exploitation continue avec Emmanuel Baudat et Samuel Bonzon, mais le contrat devient plus précis. Il en va de même en 1875, avec un prix en baisse : 3 fr.75 pour l’exploitation et 4 fr.50 à la vente. En 1877 le prix d’exploitation est fixé par mille mottes.

Cette source de combustible est peu à peu abandonnée, mais la pénurie de charbon due à la guerre de 1914-18 relance son exploitation.

Ainsi, en 1917 une société romande, par l’entremise de M. Benjamin Laurent, ingénieur à Chavornay, souhaite louer, voire acheter, une certaine surface du marais pour exploiter la tourbe. La Municipalité formule des propositions, tant de location que de vente. Finalement, le contrat passé avec M. Laurent est annulé par l’Etat, puis finalement repris pour 5 ans par la Société suisse de la tourbe (STG).

En 1918, ce sont 11'000 m3 de tourbe qui sont prélevés, rapportant ainsi 11'847 fr. à la commune. En novembre, le Département de l’économie juge que le Marais Neuf est impropre à cette exploitation et demande sa mise en culture, ce que conteste la commune qui estime ces terres plus propices au pâturage : les propriétaires de bétail d’Arnex ont besoin du fourrage des marais.

En 1919, seulement 4'489 m3 sont extraits, et en 1921, la Société résilie son contrat. Fort fâchée de cette dérobade, la commune d’Arnex, à l’exemple de celle de Chavornay, exige une indemnité de 25'000 fr. Après expertise, elle ne touche que 1'000 fr. pour rupture de contrat et 50 fr. par hectare pour le hersage et le roulage des parcelles où la tourbe est restée.



Le canal du Rhône au Rhin

Ce canal, développé dès 1635 et prolongé par la cluse d’Entreroches, permettait d’atteindre Cossonay. Achevé en 1648, il a fonctionné jusqu’en 1829.

Il ne sera jamais prolongé jusqu’au Léman, car l’amélioration des routes le rend de plus en plus déficitaire. Le coup de grâce est donné en 1829 par l’effondrement du pont-aqueduc du Talent, lors d’un violent orage qui signe son arrêt de mort.

L’arrivée du chemin de fer de Morges à Yverdon en 1852-1853 le rend obsolète. Une partie du canal est même comblée par les déchets du tunnel du Mormont. Mais le projet n’est pas compétemment abandonné : ainsi, en 1957, le canton de Vaud fixe un plan d’extension pour ledit canal.






Plan d’extension de 1957 pour le canal du Rhône au Rhin



Ce plan d’extension est aboli en 2006 par décision du Grand Conseil. Les partisans du canal sont déçus, mais certaines communes sont heureuses de pouvoir utiliser ces terrains où toutes les constructions étaient bloquées jusqu’alors.



Abram Monney, commis du port du Talent.

Un ancêtre des Monnier d’Arnex, Abram Monney (1656-1710), a travaillé comme commis au port du Talent (écrit Thallent) à Chavornay. Il y épouse d’ailleurs une dame Suzanne Lombardet et leurs enfants sont baptisés à Chavornay de 1694 à 1705.

Les commis organisent et surveillent les transports et en tiennent la comptabilité ; celui du port d’Entreroches tient même une auberge.



Les coûts occasionnés par le marais

La rétribution du berger et l’entretien du marais sont à la charge de la commune.



Le berger

Les pâturages exploités en commun sont gardés par un berger.

Ainsi, en 1738, Georges François Michelot, gardien des chevaux, reçoit, outre sa soufferte [taxe prélevée auprès des non bourgeois pour habiter le village], 23 florins et 3 sols pour son travail, plus une livre de tabac.

En 1720 est construite la cabane du marais destinée à abriter le berger, cabane où se réfugient parfois des mendiants : en 1807, il faut payer leur transport en char vers Orbe pour se débarrasser d’eux !

En 1911, sans qu’on en sache la raison, le gouvernement français interdit l’estivage du bétail suisse sur son territoire. Pour y suppléer, le 30 mai, la Municipalité propose au Conseil de créer un pâturage sur le Marais Neuf et le Petit Marais et d’y construire un chalet au prix de 3'200 fr. Prudent, le Conseil repousse le projet : la saison est trop avancée et il faut attendre la décision du gouvernement français pour l’an prochain. Le chalet ne fut jamais construit.



Entretien des marais et des accès

Les comptes de la commune énumèrent les différents travaux nécessaires, notamment pour évacuer l’eau.

Ainsi, en 1774, sont versés :

6 batzes aux 60 personnes qui ont émondé des saules pour le marais.

Livré 23 florins à Abram Pérusset de Baumes pour une douzaine d’éplatons pour faire les ponts.

9 batz à Abram Devenoge pour les voiturer de Baumes à Arnex

2 florins et 6 batz au gouverneur pour deux voitures tant éplatons que sarments depuis le village au marais

2 florins au gouverneur pour avoir mené les clédars au marais et ramené en automne.

On paie encore quelques personnes pour curer les fossés, couper des fives et des dailles et faucher le fossé entre Chavornay et Arnex.

Parfois il faut intervenir auprès des communes voisines et leur demander de curer correctement leurs fossés, afin d’éviter des inondations en amont. En 1702, Arnex reçoit copie d’une lettre envoyée par Chavornay, demandant à la Commune d’Orbe de bien vouloir nettoyer le fossé de la Thoisle ou Nizon. Et le 22 avril, une délégation des deux communes exprime ses doléances au Conseil d’Orbe. La même année, des terraillons reçoivent cinq kreutzer (1.25 batz) par toise [environ 3 mètres] pour nettoyer le fossé qui sépare le marais de Chavornay de celui d’Arnex. Le fossé mesure 133.5 toises, ce qui fait environ 400 mètres.

Mais en 1745, il faut à nouveau intervenir auprès des gens de Chavornay, qui négligent leurs ruisseaux.

Quant aux différents ponts permettant de franchir rivières et fossés, il faut les entretenir constamment, voire les remplacer quand ils sont emportés par les crues. Au fil des ans, que de factures pour des poutres ou des planches !

Et enfin, les chemins sont peu stables : il semble qu’on doive y étaler des branches ou des sarments pour les rendre carrossables.



Les travaux d’assainissement du marais au XIXème et au XXème siècle

Pour la plaine de l’Orbe, les grandes améliorations débutent après la 1ère correction des eaux du Jura, de 1868 à 1891, qui permet d’abaisser le niveau des lacs de 2.4 mètres ; la 2ème correction, de 1957 à 1973, abaisse encore ce niveau d’un mètre.

Il faut rappeler qu’avant ces corrections, le niveau des trois lacs pouvait varier de quatre mètres durant l’année.

Vers les années trente sont refaites les berges du Canal oriental et celles du Nozon.



Le Syndicat d’améliorations foncières de la partie supérieure de la Plaine de l’Orbe

Le 16 septembre 1941, sous la présidence d’Arnold Lavenex, le Conseil général accepte d’adhérer à ce Syndicat d’améliorations foncières. De 1941 à 1947, ce projet ambitieux modifie complètement cette région, tant par le remaniement des parcelles et les drainages, que par l’amélioration des routes : on redresse celle qui relie Orny à Orbe, et on en aménage une nouvelle, conduisant à Bavois, à partir du bas de la Cherreyre.

Mais en matière de drainage des terrains tourbeux rien n’est jamais définitif. La minéralisation progressive de la tourbe dans les terres labourées abaisse peu à peu le niveau des sols et les drains finissent par être plus bas que le Nozon.

Dans les années 1980, pour maintenir les cultures de cette zone, il faut changer de stratégie et pomper l’eau des drainages pour la déverser dans le Nozon ou dans les canaux. Et les fortes crues de cette rivière ont parfois inondé les parcelles communales, comme ce fut le cas en 1990.





Inondations du printemps 1990



En effet, ainsi que l’écrit en 2006 J.-F. Jaton, chef du Service des eaux :

Compte tenu de la nature tourbeuse des sols, la plaine de l’Orbe s’enfonce peu à peu. Cela rend difficile, voire impossible par endroits, la gestion des crues et la prévention des inondations. Cette situation menace le développement local. Plusieurs études conduites par le Service des eaux ont démontré que ces problèmes ne sauraient être résolus par des solutions ponctuelles et purement hydrauliques, qui coûteraient trop cher, et que le maintien d’activités agricoles dans la plaine ne saurait être garanti à l’avenir sans revoir les problèmes hydrauliques et environnementaux dans leur ensemble. 


Maintenir les cours d'eau du Nozon
Le courant étant faible, peu à peu les alluvions comblent le lit de la rivière.
Il faut régulièrement procéder à un curage.







Curage du Nozon en mars 2020                                             Phot J. Morel


Le marais fait rêver

Au cours des ans, il est étonnant de relever le nombre de personnes intéressées par l’exploitation des diverses ressources du marais.

Le nitrate de soude

En 1908, un certain M. Montbaron souhaite réaliser des travaux dans le marais afin d’en extraire des produits chimiques, puis de rendre le terrain de nouveau propre à la culture. Le Conseil renvoie cette demande à la Municipalité pour étude et rapport. Au mois de juillet 1908, M. Montbaron vient en personne expliquer qu’il a l’intention d’extraire du nitrate de soude et demande pour cela une concession de 20 ans. Le Conseil donne son accord sous réserve de garanties suffisantes. Il n’a pas tort, car, en décembre 1908, on apprend que le sieur Montbaron est en prison. L’extraction du nitrate de soude s’arrête là.



Le pétrole

À propos de ces forages, le seul souvenir conservé dans les Archives communales figure dans le procès-verbal du 18 mai 1929, où la Municipalité note simplement :

Pétrole,

Sur demande de la compagnie pour la recherche du pétrole au lieu dit Aux Sayennes, l’autorisation lui est accordée de travailler le dimanche. 

En effet, en 1929, comme à Chavornay en 1912, des forages sont entrepris au Pré Bertrand pour chercher du pétrole sous la tourbe.

On peut lire les propos suivants dans l’ouvrage Images et événements vaudois 1900-1945, 1929, page 130 :

M. F. Bourqui, sourcier, a eu la chance de voir ses recherches aboutir. Près d’Arnex, il découvrit une poche, produite par l’affaissement de la poche jurassique. Une société s’est formée, et un appareil complet de forage a été fourni par une maison de Paris. En descendant de la colline d’Arnex, on découvre une tour de bois, qui domine un baraquement bas et long : un puits et la machinerie. A deux pas une autre bâtisse, en planches et tôle ondulée, sert, à la fois, d’atelier de réparation et de bureau de travail.

La profondeur atteinte est actuellement de 256 mètres, et la couche de sable pétrolifère doit être proche ; les recherches faites semblent près d’aboutir. L’intérêt de cette découverte, qui pourrait transformer notre économie nationale, est énorme.

Déjà de nouvelles demandes sont faites pour obtenir la concession de gisements dans le nord du canton de Vaud.

On n’en saura pas plus. D’autres sources précisent le nom de la Compagnie : Bourqui, Müller et Cie, et la profondeur atteinte : 302 mètres.

Fort heureusement, les archives Decollogny d’Orbe sont plus riches sur ce sujet. Elles conservent une carte postale immortalisant l’évènement, ainsi que plusieurs coupures de presse. On y découvre par articles interposés une violente controverse entre Florian Bourqui, initiateur de ce forage, et le géologue Elie Gagnebin, pour qui tous les sourciers sont des charlatans !






Malgré leur peu de succès, les recherches de pétrole dans la plaine de l’Orbe ont continué en 1980 avec le forage situé entre Suscévaz et Treycovagnes : même à la profondeur de 3'221 mètres, on n’a rien trouvé (les personnes intéressées par le sujet consulteront avec profit l’étude de Marc Weidmann de 1991, intitulée « Histoire de la prospection et de l’exploitation des hydrocarbures en Pays vaudois »).

Et si, pour le moment, malgré tous les sondages, le pétrole fait défaut, le gaz lui est bien là : le gazoduc qui traverse ce coin de la commune est mis sous pression le 17 juillet 1974 !



La vente du marais

En 1906, M. Souza de Paris souhaite acheter le marais ; la Municipalité répond qu’elle est disposée à en vendre une partie, soit 30 à 40 poses, au prix de 2.50 fr. la perche, soit 1250 fr. la pose. Cette affaire demeure sans suite.

La SGG (Schweizerische Gemüse Gesellschaft), sise à Chiètres, achète de grandes surfaces agricoles, souvent dans les régions marécageuses du Seeland, de la plaine du Rhône et de celle de l’Orbe, pour y développer des cultures maraîchères. Ainsi, en 1924, elle fait à la Commune une offre de 550 fr. la pose pour le Grand Marais et 575 fr. pour le Petit Marais et le Marais Neuf. Le 23 juillet 1924, le Conseil donne son accord pour la vente de 56 hectares, soit 124 poses à 580 fr., avec location de 1925 à 1930 et entrée en possession au 1er janvier 1930. Le prix du fermage est fixé à 25 fr. la pose pour les deux premières années, et à 30 fr. les trois suivantes.

La vente des marais rapporte 71'000 fr., dont il faut déduire 3'000 fr. de gravier pour les chemins : force est de constater que le prix final est beaucoup plus bas que les propositions précédentes. Ces 71'000 francs servent à diminuer la dette contractée en 1921 pour la construction du collège, qui a coûté quelque 340'000 francs.

Les domaines de la SGG sont repris par COOP Suisse, qui finit par les revendre à la fin du XXème siècle.



Même si notre commune n’est propriétaire que d’une toute petite partie de la plaine de l’Orbe, elle reste intéressée à l’avenir de cette région ; on constate que le dossier n’est pas clos, dossier dans lequel le souci de préserver l’environnement deviendra sans doute plus important.

Chaque époque a ses préoccupations dominantes. Parfois il faut échapper aux inondations, parfois il faut éliminer des zones insalubres propices aux maladies, parfois il faut disposer de combustible, parfois il faut augmenter la production agricole pour nourrir la population, parfois il faut conserver des zones de détente riches en faune et en flore. Au cours des siècles, la plaine de l’Orbe et notre petite portion de marais ont servi à répondre du mieux possible à ces divers besoins.


samedi 12 octobre 2019

Montcherand, deux tombes au milieu des cyclamens


Montcherand : deux tombes au milieu des cyclamens

Une personne ayant lus quelques articles de ce blog, m’a signalé un monument surprenant à Montcherand.

Il s’agit de deux tombes érigées au milieu d’un petit bois près du village, à côté d’une vigne.






Deux monuments funéraires parmi les cyclamens


Avec le temps il est devenu difficile de lire les inscriptions.

Sur la pierre de gauche figure le nom de François Six, médecin, quant à celle de droite elle rappelle la mémoire de Pierre-François de Martines.

Pourquoi en cet endroit ?

Ces pierres tombales ont-elles toujours été là où furent-elles déplacées lors de travaux de renouvellement du cimetière de Montcherand ?

Quelques personnes du village pensent que ces pierres n’ont pas été déplacées.

Mais pour l’instant, rien de sûr 



Voici maintenant les inscriptions gravées sur ces monuments et tentons de retrouver la trace de ces deux personnes.

Mais avec le temps certains mots sont devenus difficiles à lire.



A) François Six








ICI REPOSE

AINSI QU’IL L’A DESIRE

FRANCOIS SIX

CITOYEN DE LILLES 

EN FLANDRES

DOCTEUR MEDECIN

IL A PRATIQUE SON ART

GENEREUSEMENT POUR L’AMOUR DU PROCHAIN

PLUS DE 20 ANS

ORBE ?

ESTIME AIME…….



Concernant François Six, c’est M. A.A. Ramelet qui m’a signalé le petit ouvrage de Pierre Rufener.

                  « La médecine à Orbe ou du Dr Venel au Dr Abetel »

L’auteur y cite un article de J. Rochaz paru dans la Revue historique vaudoise de 1934 :



En feuilletant les manuaux d’Orbe : quelques glanes médicales et autres

Les pages 37 à 39 décrivent les activités du Dr Six à Orbe entre 1774 et 1795 :

« Et je terminerai cet aperçu sur quelques médecins du temps passé en évoquant encore une figure fort sympathique, quoique peu connue, de l'époque de Venel et de Kronauer : celle du Dr François Six. Nous le trouvons indiqué dans la réponse du Conseil d'Orbe au rescrit du 28 Oct. 1787, de l’illustre Chambre de Santé « desirant scavoir sur quel pied se trouve la médecine, Chirurgie et autres arts y relatifs dans ce bailliage » : « François Six, de Lille en Flandre, Dr médecin de l'Université de Montpellier, demeurant dans cette ville déjà passé 12 ans, exerçant la médecine sans être pensionné, mais avec noblesse. » — A la date du 23 novembre 1794 nous lisons : « que sur la demande de « M. le Dr Six, Mrs du Conseil luy ont – accordé par billet circulaire du 20me du courant, acte faisant foy qu'il résidait dans notre ville avant et après l'époque du I4me juillet 1789 et qu'il ne l’a pas quittée jusqu'à ce moment. Lequel acte luy a esté expédié en due forme dès le lendemain ». — Le Dr Six vint donc  Orbe vers 1774-1775 et y exerça la médecine avec désintéressement, comme le prouvent encore diverses notices des registres du Conseil, entr'autres celle-ci en 1775 : « En conséquence de l’attention soutenue de Mr Six pour les malades, sans vouloir rien exiger ni recevoir pour ses visites, les Conseils lui ont accordé deux chars de bois de Chassagne, rendus devant chez lui. » Il était marié, puisque nous voyons le banc d'église de « ffeue Mme Six » accordé en 1792 à une autre personne. Nous ignorons quelles furent les raisons qui firent choisir au Dr Six Orbe comme résidence et l'y retinrent jusqu'à sa mort, dont la date sûre n'est pas connue, mais doit être 1795 ou 1796. Sa pierre tombale se trouve dans le petit bois du Chaney appartenant à M. Auguste Barbey, expert forestier, à Montcherand, avec l'épitaphe suivante :

Icy repose

ainsi qu'il l'a désiré

François Six

Citoyen de Lille

en Flandre

Dr médecin

I1 a pratique son art généreusement

pour l'amour du prochain

plus de 20 ans

à Orbe.

Mort le… Avril …

Estimé, aimé, regretté.



Les dates sont malheureusement illisibles. Malgré de nombreuses recherches, il n'a pas été possible de savoir autre chose sur la personnalité du Dr Six ».


Je n’ai pas trouvé d’autres renseignements sur ce médecin établi à Orbe durant plus de vingt ans.








B) Stèle de Pierre-François de Martines




Stèle à la mémoire de Pierre François de Martines



On trouve 4 panneaux gravés sur cette stèle


Panneau ouest

MORTEL

VERSE DES LARMES

SUR LE SORT DE L’HUMANITE



Panneau nord

JULIE DE WARNERY SON EPOUSE

HENRIETTE SA FILLE UNIQUE

ET F. CORREVON SON GENDRE

SOUS-PREFET DU DISTRICT D’YVERDON

ONT CONSACRE A CES MANES CE MONUMENT

DE TENDRESSE ET DE REGRETS



Panneau est

BRIGADIER DES ARMEES DE FRANCE

IL FUT SANS REPROCHE DANS LA GUERRE

AMI GENEREUX, EPOUX FIDELE, PERE TENDRE

CITOYEN VERTUEUX



Panneau sud

ICI REPOSE

PIERRE FRANCOIS DE MARTINES

NE A MORGES LE 20 OCTOBRE 1721

IL A CESSE DE VIVRE LE 23 FEVRIER 1802



Pour tenter de mieux identifier Pierre François de Martines les sources historiques sont plus nombreuses.


DHBS

8. Pierre-François, (1727-1802) servit en Pologne et en France fut nommé brigadier en 1766


Dictionnaire historique du canton de Vaud (Mottaz)

Dans le chapitre consacré aux familles originaires de Perroy, Motttaz cite la famille de Martines dont trois de ses membres devinrent de généraux de brigade, dont un en France, Pierre-François vers 1760.


Livre d’or des familles vaudoises (Delédevant et Henrioud)

8. Pierre-François, (1727-1802) brigadier de l’armée de Hesse, reçu bourgeois de Montcherand pour 650 florins vers 1780.



Sur cette stèle il est aussi mentionné le nom de son épouse Julie Warnery et de sa fille unique Henriette.

Cette dernière avait épousé François Correvon.


Pierre François Correvon (1768-1840)

Ce dernier fut syndic d’Yverdon, sous-préfet et député à la Diète fédérale en 1811 et en 1819.

Il s’est fait appeler Correvon de Martines.



Est-ce par amour de sa femme ou pour bénéficier de la particule ? Lui seul le sait.


Famille Correvon à Yverdon et Lausanne.


Cette famille originaire de Cuarny acquiert la bourgeoisie d’Yverdon en 1563 et 1576.

Jules (1802-1865) un fils de Pierre-François, juge au Tribunal d’Yverdon et député au Grand Conseil de 1841 à 1849.

Ernest (1842-1923) fils de Jules avocat et député de 1874 à 1897.

Henry (1854- ) Botaniste renommé, le père des jardins alpins, auteur de nombreux ouvrages sur la flore.

Robert (1884-1935) fils d’Henri sera pasteur tout comme son oncle Charles (1856-1929)

!