vendredi 11 novembre 2011

Bâtiments disparus : la maison de Marcel Cornu

La maison de Marcel Cornu



Ancienne maison de Marcel Cornu en janvier 2011

Avec un bout de mur écroulé et ses volets fermés, cette maison mériterait d’être rénovée, mais cela ne saurait tarder ! Les travaux ont débuté en 2011.


















Aspect du chantier au début décembre 2011



Et dès le 28 avril 2012, Dorian, Carole et Arnaud occupent les lieux


Maintenant que la maison est de nouveau  habitée, jetons donc un coup d’œil sur le passé de cette bâtisse qui n’est plus très jeune.


En 1808

J’ignore la date de sa construction, mais elle figure déjà au cadastre de 1808 avec le N° 43 (en noir) avec un jardin de 24 toises le N° 44.

Elle fait partie d’un pâté de maisons avec trois ou quatre propriétaires
La propriété descend jusqu’à l’ancien fossé venant du Pontet


Cadastre de 1808

A cette époque, cette maison, c’est-à-dire le N° 43 avec le terrain N° 44, appartient à Baudat Albert fils de Sébastien ou Bastian.
Le 28 mars 1814, Albert Baudat domicilié à Champvent vend cette maison à Henri, fils de Nicolas Tachet domicilié à Gollion pour le prix de deux cents quatre vingt francs.
La maison voisine N°41 et son jardin 42 sont la propriété de la veuve de Pierre Lavenex feu David.


En 1865


Cadastre de 1865

En 1865, le propriétaire est Louis Bonzon (1819-1874), fils de David
Avec le        N° 53  Bâtiment avec logement et écurie
                   N° 54  Place
                   N° 55  Pré


Au XXème siècle

Les seuls propriétaires identifiés sont :
Marcel  et Léa Cornu

Marcel Cornu est né le 25 juillet 1909, il décède à l’Asile du Jura de Ballaigues le 19 septembre 1992.
Sa femme Léa Mercier née en 1905 est décédée en novembre 1953.
Marcel Cornu, photographié par Robert Pellegri


Ils furent les derniers habitants de cette maison au XXème siècle.



Au sujet de Marcel Cornu, rappelons la tragique disparition de son père.
Un accident annoncé par la
Gazette de Lausanne du 12 juillet 1916 :

Romainmôtier
M. Aimé Cornu d'Arnex, 34 ans, marié, père de 4 enfants, en bas âge, descendant à bicyclette la route de Croy à Pompaples, a été à un contour brusquement projeté sur le sol. Relevé par un habitant de Croy et   transporté à l’infirmerie de Romainmôtier, il a succombé sans avoir repris connaissance.

Ainsi donc, en juillet 1916, Madame Sabine Cornu-Werren (1877-1948) se retrouve veuve avec quatre enfants de 7, 5, 4 et 2 ans, qu’elle va élever seule avec beaucoup de courage.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire