mercredi 9 novembre 2011

Gozel, originaire d'Arnex

Gozel

Armoiries selon l’armorial vaudois (1936-1966) de François J. Rappard

Presque tous les Gozel sont originaires d’Arnex, mais l’un d’eux a pris la bourgeoisie du Lieu en 1915.
Ce nom a été écrit : Gossel, Gosel, Gozel
Dans la liste des famille payant la cens des Clées en 1405 est cité le nom de Guillaume Gossel.
En 1550 lors du prélèvement de la taille, cet impôt extraordinaire décidé par les Bernois on trouve
cinq  familles Gozel, à cette époque une des plus nombreuse avec les Gauthey
Jehan Gosel                                                     847 fl
François Gosel                                                980 fl
Amey et Estienne Gosel et leurs femmes      1659 fl
Bernard Gosel

Dans le transon (livre des bornes des chemins) levé en 1554, huit Gozel sont cités comme propriétaires de terrain

Plusieurs Gozel sont notaires au XVIIème siècle.
·     Jean fils de Jacob est curial (greffier) de la cour de justice de Romainmôtier vers 1650.
·     Daniel Gozel est pasteur à la Chaux de 1686 à 1693, à Vuillerens de 1693 à 1702 et à l’Isle de 1702 à 1712.
Une branche, originaire de Romainmôtier, s’est éteinte.

Jean Gozel, constructeur de la première maison au nord ouest de la route Orbe-La Sarraz

En effet, il faut attendre 1711 pour qu’un nommé Jean Gozel ose sortir du vieux village et construire un premier bâtiment à l’ouest de la route OrbeLa Sarraz.
Cette extension de la zone construite inquiète les autorités locales, qui signalent le fait au bailli de Romainmôtier, ainsi que le prouve cet extrait des comptes de 1711 :
Journées aux deux gouverneurs du 3 janvier 1711 pour estre allé à Romainmôtier au nom de la Commune advertir sa Seigneurie Ballivale que le Sieur Jean Gozel à dessein de bastir une maison a la Thiolaire, comme étant entre trois chemins et dans les Communs de Sangollin, et affin que la Commune en soit deschargée et ne se trouve avoir point fait de faute.



Date de 1711 sur la porte du bâtiment


Litige pour l’herbe de l’étang de Bioute
En 1723, surgit un litige, avec le capitaine Monnier qui à l’époque était propriétaire du moulin et de ses étangs.
Un extrait de cour du 19 novembre 1723 nous le relate :
Comparait M. le capitaine Monnier d’Eclépens demeurant à la Sarraz contre les hommes Daniel et François Gozel père et fils d’Arnex.
Le Capitaine Monnier demande qu’ils aient à produire les droits en vertu desquels ils se sont émencipés de faucher l’herbe qu’il y avoit dans le grand étang rière Arnex appartenant au dit Sieur Monnier comme propriétaire du Moulin d’Arnex ; comme aussi pour s’être émencipé à prendre de la terre sans sa permission dans son petit étang rière Arnex et du tout luy en faire prompt paiement faute de production des droits a déffaut de quoi conclu contr’eux à sentence jusqu’à la somme de vingt écus blancs pour protester de tous dépens.
Les dits Gozel comparus demande terme de 8ne et copie des droits en exposition du dit Monnier pour répondre à qui remi.

Les Gozel répliquent que c’est la coutume de faire pâturer l’étang et d’en faucher le roux :
Daniel et Jean François Gozel Père et fils d’Arnex sur la demande que le Capitaine Monnier a fait contre eux avant réponse diront :
Que puisque le dit Capitaine n’a produit aucun droit, ni titre qui fasse voir que l’Estang lui appartient en toute propriété. Iceux Gozel ayant vu la pratique du village et des voisins de paturer le dit Estang soit le marais et mouilles y confinantes. Comme aussi la coutume et prattique usitée d’y faucher du Roux ou herbe l’authonne ou l’hiver, les dits Gozel se croient en droit de le faire comme Communiers et persistent dans cette persuasion jusqu’à ce que le Sieur Monnier produise ses droits authentiques. Ce que faisant les dits Gozel alors se conduiront comme il incombera de droit.
Pour ce qui est de la terre que les dits Gozel ont pris au petit Estang, ils avouent estre vrai en avoir pris par la permission de Bentz et Moser. Comme il offre vérification le dit Moser estant possesseur du Moulin il a cru estre en droit de permettre de prendre la terre et les dits Gozel ne croyent en estre responsable qu’à lui.
Ainsi les dits Gozel soutiennent que le dit Monnier s’est mal établi et demandent libération de  demande avec dépend.
L’affaire étant d’importance, la commune reprend la cause des Gozel, puis demande l’appui de toutes les communes de la Terre afin de prouver et répéter que de tout temps les gens ont pâturé les abords de l’étang.



Charles Gozel, locataire, puis propriétaire de la Croix-Blanche.

La Croix-Blanche, auberge communale d’Arnex date de 1827.
Après sept tenanciers, Charles Gozel (1872-1920) reprend le bail de cette auberge en 1895.
En 1896, il sera le premier réceptionniste des téléphones pour la commune.
Puis, suite au souhait de la commune de vendre la Croix-Blanche, il rachète ce café en 1898 pour la somme de 16'020.- fr.
L’auberge sera revendue en 1921 à Fritz Henri Pilloud, ancien fermier du château d'Arnex.



Pour info :
J’ai reconstitué la généalogie des Gozel, originaires d’Arnex, depuis 1631.
Si cela vous intéresse adressez-vous à :
chlmorel@bluewin.ch

Aucun commentaire:

Publier un commentaire