mercredi 9 novembre 2011

Bovet, originaire d'Arnex


Bovet


Amoiries selon l’armorial vaudois (1936-1966) de François J. Rappard

Dans notre pays, les Bovet ont de très nombreuses communes d’origine, réparties dans 7 cantons

         3        pour Bâle
         9        pour Fribourg
         6        pour Genève
         13      pour Vaud
         5        pour Neuchâtel
         1        pour le Valais
         1        pour  Zürich

Et il existe aussi des Bovay et des Bovey

Le premier Bovet retrouvé dans nos archives est Antoine Bovet en 1550 et 1554.
Au moins huit Bovet exerceront la charge de Gouverneur durant le régime bernois.

Quelques Bovet originaires d'Arnex:

Bovet François Louis (1816- 1893)
En 1853, avec deux autres familles d’Arnex, Bovet François Louis va tenter sa chance aux colonies suisses de Sétif, une concession gérée par la Compagnie genevoise.
Plusieurs de ses enfants naîtront et se marieront en Algérie.


Bovet Lucien (1854-1914)
Le créateur du Fonds Bovet. Selon les procès-verbaux du Conseil général, il est le donateur d’un legs de 10'000 fr. reçu par la commune en 1914 et à placer jusqu’à ce que le capital atteigne 20'000 fr. Par la suite, ses intérêts devaient être employés à favoriser les études ou l’apprentissage de jeunes garçons bourgeois d’Arnex. Mais avant d’en profiter pleinement, la Municipalité doit encore se battre contre les appétits fiscaux du canton, qui demande 2'400 fr. de droits de mutation, soit le quart de la somme !
Lucien Bovet a commencé sa carrière comme contremaître à la tannerie Mercier de Lausanne. Puis, restant dans le cuir, il crée sa propre entreprise de courroies de transmission avec laquelle il fait, semble-t-il, d’assez bonnes affaires.
Marié, il décède sans enfant.

Bovet Ernest (1870-1941)
Demi-frère du précédent. Il est aussi cité par le DHS.
Après une thèse de doctorat sur les sonnets de Giuseppe Gioacchino Belli (1895), il est chargé de cours de littérature française à Rome. En 1901, il succède à Heinrich Morf à la chaire de littératures française et italienne de l’Université de Zurich et ceci jusqu’en 1922.
Fondateur et directeur (1907-1923) de la revue Wissen und Leben, il est également membre du Schweizer Heimatschutz qu’il préside de 1912 à 1918. Il est un Helvétiste et proeuropéen convaincu, et à ce titre secrétaire de la Ligue suisse pour la Société des Nations de 1922 à 1939.

Bovet Lucien (1907-1951). Fils d’Ernest.
Psychiatre, spécialement pour enfants et adolescents, il est sous-directeur de l’hôpital de Cery de 1936 à 1942. Il contribue à fonder à Lausanne un petit centre hospitalier de pédopsychiatrie, le Bercail (1938), puis l’office médico-pédagogique vaudois, dont il est le premier médecin-chef (1942-1951). Chargé de cours à l’Université de Lausanne et à l’Institut Jean-Jacques Rousseau à Genève et expert-conseil de l’Organisation mondiale de la santé. Il voue un intérêt tout particulier aux problèmes posés par l’enfance victime de la guerre ainsi qu’à la délinquance juvénile. Avec son épouse, il disparaît trop tôt dans un accident de voiture en 1951.

Signalons encore parmi les Bovet, l’avant  dernier centenaire du village :
Bovet Samuel (1903-2005)
Il suit tout d’abord une formation de boucher, mais, après le décès accidentel de son frère Charles en 1934, il reprend l’exploitation agricole.
Son frère Henri (1890-1973) fut le dernier charron du village.
Louis (1889-1953), un autre frère sera concierge du collège durant de nombreuses années.

Bovet Charly (1927)
Municipal, puis syndic de 1970 à 1989
Député au Grand Conseil dès novembre 1984






Pour info :
J’ai reconstitué la généalogie des Bovet, originaires d’Arnex, depuis 1631.
Si cela vous intéresse adressez-vous à :
chlmorel@bluewin.ch





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire