mercredi 9 novembre 2011

Monnier, originaire d'Arnex

Monnier



Armoiries selon l’armorial vaudois (1936-1966) de François J. Rappard

Le patronyme Monnier, Monney, Monnet  est très courant.
Le livre d’or des familles vaudoises cite neuf lieux d’origine et le DHS 45 lieux pour toute la Suisse.
Examinons comment les Monnier sont arrivés à Arnex : c’est grâce à Marguerite, fille de Jaques Thomasset, qui épouse Pierre Monney, notaire d’Eclépens. Leur fils Dominique aura au moins six enfants, parmi lesquels nous en citerons trois : Abraham, dit l’aîné, né en 1632, Jeanne qui épouse Jaques Bovet en 1643 et Moyse, né avant 1631.

Moyse Monney sera père de quatre enfants dont l’un s’appelle Abraham, dit le Jeune, commis au port du Thallant quand le canal d’Entreroches était en activité.
Les cinq enfants d’Abraham le Jeune sont mentionnés dans les registres de la paroisse de Chavornay de 1694 à 1705 ; l’un d’eux, Daniel Etienne, né en 1705, connaît une fin de vie mouvementée, auteur d’une tentative de viol sur une jeune bergère de la localité, il fut banni des Terres de LL.EE
Abram Monnier dit le Jeune va exercer également une activité de notaire dès 1705.

Abraham Monnier, notaire au Baillage de Romainmôtier

Ainsi donc il parait évident que les Monnier d’Arnex viennent d’Eclépens où cette famille est encore présente.

Une branche de Monnier s’est établie à Nyon, avec David François, bourgeois d’Arnex-sur-Orbe, Eclépens, Villars-Lussery et Mont la Ville et reçu bourgeois de Nyon le 16 juillet 1770.
Au cours des ans, ce nom de famille, écrit tout d’abord Monnay ou Monney, puis se modifie en Monnier.
J’ignore quand les Monnier ont été acceptés comme bourgeois de la commune.
Pour cette famille, la charge de gouverneurs ne commence que vers 1750.

Quelques syndic et députés

Monnier Georges (1837-1918)
Georges Monnier, agriculteur fut municipal de 1869 à 1871 et syndic de 1872 à 1901.
Officier de l’Etat civil dès 1876 et député du cercle de Romainmôtier de 1877 à 1897.


Signature de Georges Monnier

Monnier Jaques (1859-1942)
Municipal dès 1898 et syndic de 1902 à 1921.
Il construit la ferme du Pontet en 1906 et offre à la commune un petit canon pour fêter la création du réseau d’eau en 1907.


Il sera nommé Chevalier du Mérite agricole français en 1939


 Chevalier du mérite agricole

Monnier Fréderic (1883-1951)
Fils du précédent et syndic de 1926 à 1941.
Dans un écrit, le peintre Charles Clément occupé à peindre sa grande fresque dans le choeur de l’église d’Arnex durant l’été 1922 raconte :

L’ami Fréderic, fils du syndic, venait, lui, nous chercher pour aller boire un verre à sa cave. Dragon vaudois aux moustaches blondes, yeux bleus, de cette espèce au crâne rond, gaulois attardé parmi nous, gai et rieur.
Il me plaisait particulièrement. II s’en remettait pour la peinture, faisant tourner la clé de cave par la ficelle au bout de son pouce gonflé de trayeur.
La séance s’achevait dans la cave profonde où le syndic ne tardait pas à venir nous rejoindre
« Vite un verre du nôtre, après on goûtera du tout bon. »
Souvent la dégustation se prolongeait plus que de raison, malgré les appels de Madame Frédéric trouvant qu’on en avait assez bu.


Frédéric Monnier et sa femme née Berthe Morel

Frédéric Monnier trouve la mort dans un tragique accident avec son attelage à Orbe, en bas St-Eloi.
La Gazette de Lausanne du 2 juin 1951 publie les lignes suivantes :

M. Frédéric Monnier, ancien syndic d’Arnex sur Orbe est décédé vendredi matin à l’hôpital d’Orbe des suites de l’accident survenu le jour précédent, et dont nous avons rendu compte.
C’est avec consternation que la population du village a appris le décès car il jouissait de l’estime de chacun.
Nommé municipal en 1921, il succédait à l’exécutif à son père Jacques Monnier qui fut syndic jusqu’en 1921.
En 1925 il fut élu syndic et constamment réélu jusqu’en 1941, année où son fils Jacques Monnier lui succéda à la tête de l’administration communale.(sic Jacques Monnier ne devient syndic que dès 1946)
Il s’occupait activement des organisations locales, fut président du Syndicat agricole de 1922 à 1948, président de la société du battoir durant trente ans, Il était en outre conseiller de paroisse d’Agiez et appartenait au parti libéral.
Veuille sa famille douloureusement éprouvée par son départ cruel croire à notre très profonde et très amicale sympathie.

Jacques Monnier (1912-2002)
Comme son père et grand-père, Jacques Monnier prend une part très active dans les autorités communales et les organisations agricoles régionales et vaudoises.
Syndic de 1946 à 1969.
Député libéral au Grand Conseil
Au cours de sa riche existence il va présider de 1956 à 1985 la Cave coopérative d’Orbe et environs, dès 1952, la nouvelle Caisse de Crédit mutuel d’Arnex, puis la Fédération vaudoise des Caisses de Crédit mutuel et l’Office vaudois de cautionnement agricole

Jacques Monnier sur son Fordson, tiré d’un film de J.P Vonnez

Albert Monnier (1870-1957)
Président de l'Abbaye de l'Union de 1903 à 1913
Président du Conseil de paroisse en 1910
Municipal en 1921
Il sera officier d’Etat-civil pour le village d’Arnex dès 1905.
Atteint par la limite d’âge, il quitte cette fonction le 17 mars 1940.
Après avoir vendu sa ferme à la famille de Max Lavenex en 1932, il met à l'enquête une maison en Rueyre et construit sa villa vers la gare.
Une villa occupée actuellement par Pierre Lavenex et sa famille.
N’ayant pas d’enfants, il lègue un champ à la commune dont la moitié de la location est versée à l’église et l’autre moitié aux écoles.
Ce qui permet de constituer le fonds Monnier.





Pour info :
J’ai reconstitué la généalogie des Monnier, originaires d’Arnex, depuis 1631.
Si cela vous intéresse adressez-vous à :
chlmorel@bluewin.ch




Aucun commentaire:

Publier un commentaire