lundi 14 novembre 2011

La capite à Manu !

La capite à Michel Bovet, dit Manu



Mais pour être exact il faut préciser que cette capite et les vignes de Michel ont été reprises en mai 2012 par sa fille Sandra Ogay-Bovet.

La capite à Michel Bovet au Creux de Villars 


Vue de l’extérieur et protégée par ses plaques de tôle, cette capite du Creux-de-Villars n’a rien de particulier. Mais si on se hasarde à pousser la porte pour observer attentivement les parois intérieures, on y découvre un petit trésor retraçant l’histoire de la vigne attenante. 
Cette capite a même fait l’objet d’un article paru au printemps 1988 dans  un journal agricole romand.

  
Article décrivant la capite à Michel Bovet


Comme le texte n’est plus très lisible sur la photo, je me permets de le transcrire au clair ci-dessous. 


Vignoble d’Arnex-sur-Orbe 

La capite à Michel

Michel Bovet ne nous en voudra pas trop. Il voulait qu’on parle des vins d’Arnex-sur-Orbe et voilà qu’on parle plutôt de lui. Laissons donc de côté les chiffres de production, la qualité du vin, les déclassés, pour se promener en sa compagnie à travers le vignoble. 

Le vignoble d’Arnex déroule se plis en secret le long des premiers contreforts du Jura : de la route d’en bas, on n’en soupçonne pas toujours la présence. Il fréquente volontiers la forêt et flirte avec les grandes cultures comme le blé, l’orge ou le maïs.

Car ici on est paysan-viticulteur. Ou viticulteur–paysan, selon ses convictions profondes. Michel est dans le second groupe. Un amour de la vigne que la famille cultive depuis plusieurs générations, comme en témoigne le vieux pressoir dans sa maison. Pressoir immobile depuis quinze ans, mais qui sait…

La jolie route des améliorations foncières nous entraîne à travers les parchets du Creux-de-Villars, de la Mandrolaire et des Vaux.Voilà un grand chêne « classé » qui jette sa ramure à l’assaut du ciel. Et s’il fait de l’ombre aux ceps, cela ne l’empêche pas de figurer sur les étiquettes des bouteilles de vins.

Mais voici la capite à Michel. Une cabane de bois doublée de tôle au coin d’une vigne.Héritée de l’ancien propriétaire, un certain M. Cerf, qui l’avait construite en mars 1923. Or celui-ci a soigneusement consigné au crayon sur les planches en bois ses observations de la vigne concernant les effeuilles, la taille et les apports de fumier. Chaque année fidèlement depuis 1935.
28 juin 1937, 19 h : grêle petite mais drue, peut-on lire ici. Et là 1er mai 1945 : gel complet. Ailleurs encore cette réflexion désabusée : quel beau temps, la pluie traverse la tôle !Cette bible vigneronne, la famille Bovet la complète à son tour aujourd’hui. Sans doute n’est-ce pas là un fait unique. Des inscriptions anciennes à la craie on en trouve dans tous les pressoirs. Car des capites il n’y en a pas partout. Elles ont été souvent construites lorsque les parchets étaient éloignés des villages. Les vignerons absents pour la journée y trouvaient refuge en cas de mauvais temps. Et toujours quelque chose à boire…
On n’a jamais fait beaucoup de réclame pour notre vin constate Michel Bovet. On est conscient que notre vignoble n’a pas le prestige de certains. Mais que les vins y sont attachants et gagnent à être connus.. Comme la capite et le vignoble d’Arnex, d’ailleurs. Dont les habitants ont pour surnom les Tue-Poulain. N’empêche, par leur discipline et par leur volonté les vignerons de la région ont souvent forcé le respect des organisations viticoles romandes. 

Signé P.-A C (Soit Pierre-Alain Cornaz)


 Parois de bois recouvertes de nombreuses observations météo


  

Ou indiquant les divers traitements effectués au cours des ans





Aucun commentaire:

Publier un commentaire