mardi 8 novembre 2011

Les forêts d'Arnex


Forêts d’Arnex
Elles n’occupent que le 20% du territoire communal, mais elles méritent d’être évoquées dans ce blog consacré à l’histoire d’Arnex.

Au cours des ans, elles ont fourni aux habitants de ce village :
         Le bois de construction, sapins ou chênes
         Le bois de chauffage
         Le bois utilisé par le four communal
         Le bois pour les cloisons du bétail
         Les troncs d’arbre pour les canalisations d’eau
         Les glands forts prisés par les cochons
         Et parfois le feuillage pour alimenter le bétail.

Le pâturage du bétail en forêt a posé de multiples problèmes, en particulier pour les chèvres et moutons qui dévorent les jeunes plants et empêchent la forêt de se régénérer.
Actuellement la demande en bois de chauffage est en diminution et compte tenu des coûts de la main-d’œuvre pour l’entretien et l’abattage, nos forêts ne rapportent plus guère à la caisse communale.

La forêt du Grand Chanay
Toponymie : Chanay ou Chaney désigne une chênaie


Forêt du Chanay sur  la carte de 1810
Cette forêt touche les communes de Pompaples, La Sarraz et Croy.

En 1545 ce bois est abergé à la commune par Jérôme Manuel bailli de Romainmôtier.
Mais ce bois doit être utilisé pour leur propre usage et ne doit pas être vendu.
Au cours des siècles les limites de cette forêt sont l'objet de fréquents litiges entre les communes d’Arnex et de Croy.

L'ancienne maladière du Chaney
Le long de l’ancienne route La Sarraz-Croy , cette forêt  abrite les ruines d’une maladière.
Un établissement que se sont disputés les moines de Romainmôtier et les seigneurs de la Sarraz.





Emplacement de la maladière sur un plan de 1808


Situation actuelle

Pour plus de détails sur cette ancienne maladière , voir

http://arnexhistoire.blogspot.ch/2014/03/lancienne-maladiere-du-chanay.html


Le bois du Chanay au cours des ans
En 1797, Louis de Joffrey en fait la description suivante :
Le bois du Chanay  est estimé à 80 poses.
Il est en nature de taillis de bois de toutes espèces. C’est en cette forêt que se prélève le bois du four communal.

En 1878, l’inspecteur cantonal des forêts donne les recommandations suivantes :

Grand Chanay. Enlever les trembles qui surciment les chênes dans certaines parties, cette opération aurait dû se faire depuis longtemps et les chênes en ont beaucoup souffert. Dans les places où il y a trop de trembles, il faut les laisser afin de ne pas faire de clairières. J’ai indiqué une place de jeunes bois où l’enlèvement des trembles doit se faire sans manquer cet automne

Actuellement, c’est une forêt d’accès facile et bien exploitée.

Particularité de la forêt du Chanay.
Elle est limitée par le cours du Nozon.
Le long de cette petite rivière, les roches de St-Loup sont un terrain de grimpe apprécié et très fréquenté.


La grotte du Pont percé


Et si vous ne faîtes pas trop de bruit, vous rencontrerez sans doute quelques chamois au-dessus des roches.


Chamois dans le bois du Chanay (27.3.2014)


Jeune chamois en mai 2015  (Photo V.M)

La forêt de Bioute
Toponymie : le nom de Biote vient de bouleau, une essence encore présente par endroit, mais beaucoup moins qu’autrefois.
Elle s’écrit aussi Bioutaz, mais fort heureusement elle se prononce correctement sans le az de décoration.


Chemin du Crêt de la Perrause conduisant vers Bioute



Bioute sur la carte de 1810


Quand en février 1560, 29 porcs de Croy se permettent de dévorer les glands du bois de Bioute...
A tous ceulx qui ces presentes verront et ourront soit chose notoire et manifeste comment different  fut entre Jehan Gaulthey et Bernard Gosel agissans tant comme gouverneurs et en ce nom du villaige et communaulté d’Arnex acteurs allencontre de Bernard Couldraz de Croy ree l’ocasion estoit que lesdicts gouverneurs au nom de ladicte communaulté disoyent et asscessoyent* les boys de Biotaz appartenir a ladicte communaulté* et ayant droit d’iceulx aussi fust usité* le tenir en [mot illisible] et boys de paisson despuis le terme sainct Bartholomye jusques au terme sainct Nycolas mesme que en la presente annee. Et environ le jour sainct Bartholomye dernier passé la crie et deffence fust esté surce faicte et comme par avant es aultres annees avoit esté fait par honneste Pierre Caille, officier de Romanmostier au sortir du sermon sus le cimistiere d’Arnex. Et que despuis ladicte crie et environ la sainct Michiel dernier passee par les messeilliers dudit Arnex a ce commis furent gagez audict boys de Biotaz vingt neufz porcs trouvez* mangeans le gland qu’estoit cheu des chesnes dudict boys. Et iceulx porcs estans admenez par lesdicts messeilliers au villaige dudict Arnex se trouva illecq* ledict Bernard Couldraz ree lequel affirmant iceulx porc[s] estre tant a luy que a d’aultres du villaige de Croy pria esdicts gouverneurs vouloir lascher lesdicts porcs promectant et demourant respondant pour satisfere* a ladicte communaulté* tous droicts et offences a rayson dequoy luy demandoyent en vigueur de la promesse susdicte, qu’il leur dehust payer pour ung chescung d’iceulx vingt neufz porcs trois solz oultre la messeillerie. Surquoy d’aultre costé ledict Bernard Couldra ree respondoit mestre a ce tenu pour plusieurs causes et allegacions par luy avancees icy a cause de prolixité obmises. Doncques ledict Bernard Gosel tant comme congouverneur* dudict villaige et communaulté d’Arnex et de ce ayant charge d’une part, et ledict Bernard Couldra parties susdictes d’aultre, desirans* venir en paix et concorde de leurdict different aujourd’huy date d’icestes se sont soubmis en arbitres et amyables compositeurs assavoir sus noble Joseph Mayor egregie Andrey Tachet et moy notaire soubsigné de Romanmostier lesquelx prenommez arbitres apres avoir bien entendu les raysons et allegacions [mot illisibles] parties et le tout bien consideré ont prononcé* sentence et ordonné comme sensuyt. Premierement le nom de Dieu invocqué que bonne paix et amour soit et doibge estre entre lesdictes parties. Item que ledict Bernard Couldra soit tenu et doibge payer et delivrer pour l’interestz et dommaiges desdicts d’Arnex et pour les coustes et missions mises a la porsuyte dudict proces audict congouverneur* au nom de ladicte communaulté d’Arnex assavoir deux florins contens. Item que oultre ce ledict Couldra soit tenu payer et supporter le disné du jour d’huy faisant ladicte prononciacion et moyennant ce que le proces et cause entre eulx ventilé* soyent du tout assopys* et abolis. Laquelle pronunciacion ainsi faicte et rapportee lesdictes parties ont louhee, ratiffiee et acceptee par ces presentes suyvant laquelle ledict Couldra a promptement satisfait lesdicts deux florins audict congouverneur* au nom predict* oultre ledict escot dont ledict congouverneur* au nom que dessus l’en tient quicte et liberé. Promectans pource lesdictes parties pacifficantes chescung deulx en son endroit pour eulx leurs hoirs et successeurs quelconques par leur bonne foy en lieu de serement* et soubz l’expresse obligacion assavoir ledict congouverneurs* de tous les biens de ladicte communaulté et ledict Bernard Couldra de tous ses biens meubles et immeubles presents et advenirs quelconques. Toutes et singulieres les choses cy dessus traictees et accordees l’une des parties d’eulx a l’autre et au contraire fermement actendre* faire tenir, garder, accomplir et inviollablement observer sans jamais aller faire dire ny venir allencontre en aulcune maniere que ce soit au temps advenir soubz restitucion l’une des parties a l’aultre et au reciprocque de tous dommaiges, coustes, missions, despens et interestz survenans a deffault des choses susdictes et promises non tenues ny observees comme dit est. Renunceans* quant a ce a toutes renunciacion et aultres [mot illisible] aux presentes contrarians et necessaires y renuncer mesme au droict disant generalle renunciacion non valloir si la specialle ne precede. En tesmoingt* desquelles choses lesdictes parties ont prié et requis estre mis a ce present [adverbe illisible] le seaul commung du bailliage de Romanmostier avecq le signet manuel de moy, Claude Carra, bourgeois et notaire* dudict Romanmostier, juré d’icelluy bailliage sans porter prejudice aux droicts de noz magnifficques seigneurs. Donné et fait quand a la ratiffication de la dicte pronunciacion le dixieme jour de febvrier l’an mil cinq cens et soixante. Presents ledict noble Joseph Mayor conarbitre* avec discret Anthoine Diman de Romanmotier honneste Michiel Clerc de Bofflens et Jehan Fauveliet* de Croix, tesmoings a ce requis.
Double pour lesditz d’Arnex, leurs hoirs et successeurs tant seullement.

Signature : Carra


Description de 1797 par de Joffrey :
Le bois de Bioute avec ses 60 poses, dont 20 en chênes de haute futaie et 40 en places vides ou en chênes cassés ou couronnés.
La moitié du bois a été mise à ban, mais seulement pour les bestiaux. Il a été délibéré que chaque communier plante chaque année deux chênes dans les places vides, deux chênes pouvant être pris au Chanay.

Et en 1878, l’inspecteur cantonal conseillait :
En Biouta. Quand vous exploiterez le taillis de chênes à écorcer, laissez quelques beaux plantons de chênes comme baliveaux et destinés à produire dans nombre d’années de belles billes de service.
Ne pas permettre de couper les chênes aussi bas ; soit si près de terre.
Cela nuit énormément à la pousse des rejets qui sont la condition essentielle d’un prompt rajeunissement et reboisement.


Au 20ème siècle le périmètre de la forêt de Bioute s’est modifié.
Après le captage des sources de l’étang et son assainissement, la forêt a repris ses droits au nord du chemin.
Il en est de même pour le pré aux Bocs qui a été abandonné et où la forêt s’est installée.
En 1868, l’eau du Pré aux Bocs est captée et conduite par un tuyau en fonte jusqu’à celle de Brion
Le bois de Bioute révèle une topographie insolite avec ses multiples trous et ses bosses.
Il faut rappeler que durant de nombreux siècles, on y a prélevé le sable et le gravier pour les constructions et les routes.
Une parcelle qui longe le bois a gardé le nom de « A la sablière »
Ainsi donc toutes nos anciennes maisons et nos chemins contiennent du gravier de Bioute.
En septembre 1882, Louis Morel, ancien régent qui vient de prendre sa retraite, reçoit une forte amende pour avoir prélevé du gravier sans demander d’autorisation.
En 1938, pendant la crise, 4 chômeurs sont engagés pour extraire 100 m3 de gravier
Dante Magistris avait d’ailleurs, durant quelques années, ouvert une gravière en Bioute, gravière comblée par la suite, car un peu trop proche de la nappe phréatique où se pompe l'eau du village.

Cette forêt est traversée par une importante ligne électrique.


Ligne électrique traversant le bois de Bioute

En 2010, il fallut abattre de nombreux chênes qui auraient pu s’abattre sur cette ligne à haute tension lors de violents orages.


Chênes de Bioute abattus en 2010

Particularités du bois de Bioute.
Le bois de Bioute abrite aussi une nappe phréatique où notre localité pompe une excellente eau potable depuis 1949, mais après avoir du forer trois puits.


Station de pompage de 1948-49


Puits de 1964, utilisé actuellement

Le néflier
Dans ce bois, vous pouvez aussi découvrir un néflier, un arbrisseau peu fréquent dans nos forêts.


Le Néflier du bois de Bioute



Avec  sa fleur



Puis son fruit : la nèfle

Note : 
On trouve aussi deux néfliers sur le sentier qui longe le dessus des rochers du Nozon et qui aboutit au refuge de Croy.

Le séquoia de Bioute

Force est de constater que la forêt de Bioute abrite des choses fort intéressantes.
Il faut encore citer un arbre un peu étranger à nos contrées, mais qui pousse fort bien.
Un séquoia planté par William Chezeaux, alors qu'il était encore garde forestier au triage du Nozon
.






Le séquoia de Bioute prêt à dépasser les frênes qui l'entourent

Et le plan pour le trouver, si cela vous intéresse...





La petite gouille de Derrière Bioute




Derrière Bioute, juste à la limite avec la commune de Bofflens existe une petite gouille ou un modeste étang.
Dans les année cinquante il y avait moins de végétation et en hiver les gamins du village venaient y patiner.



Forêt de la Côte de Lin

Toponymie : l’origine de ce nom lieu n’est pas connue


Forêt de la Côte de Lin depuis le vallon des Vaux




Forêt de la Côte de Lin sur la carte de 1810 traversée par le chemin des Terres Rouges



Côte de Lin sur la carte de 1950

Ce bois qui surplombe le vallon du Fond des Vaux ou des Turlures est traversé par deux ruisseaux, celui du Moulin Vieux, qui a retrouvé ses eaux claires après la disparition des porcheries et le ruisseau  de l’étang qui traverse la voie ferrée vers l’ancienne passerelle.
Le cours de ce dernier ruisseau était peu accessible, ce qui est dommage, car il possède quelques charmantes cascades.
Mais ces dernières années je suis parvenu à améliorer quelque peu l’accès de sa rive gauche.
Mise en garde pour les promeneurs:
En cas de tir l'accès à cette forêt est interdit.
Il faut aussi signaler que les tiques ont fort nombreuses en cet endroit.
Après promenade, prendre les précautions d'usage contre cette petite bestiole qui peut transmettre deux maladies dangereuses.




Les différents sentiers permettant de parcourir cette forêt


   
Cascades du ruisseau de l’étang

Ruisseau de l’étang à sec en été 2010


En 1797 de Joffrey écrivait au sujet de ce bois :

Le bois de Cotaz de Lin avec ses 20 poses plantées surtout de dailles.
Ce bois est clair avec trop de places vides, car la commune y prélève chaque année les plus belles plantes pour entretenir les fontaines qui emploient plus de 1500 toises de tuyaux [une toise fait 3 mètres].

Conseils de l’inspecteur cantonal en 1878
 A la Côte de Lin. Dans les parties nues essayez d’y semer quelques glands afin d’obtenir si possible un reboisement quelconque.
Ne pas ébrancher les jeunes sapins, cette opération nuit beaucoup à leur croissance et surtout à la qualité du bois.

Particularités de la forêt de la Côte de Lin
Ce bois, très en pente, dispose de peu de chemins d’accès, ce qui en gêne une bonne utilisation. De nombreux arbres abattus par le vent ne sont pas exploités, mais cette forêt abrite de nombreuses cabanes édifiées par les enfants.

Reste de cabane abandonnée

Le chemin des Terres Rouges, bien visible sur la carte de 1810, était  le principal chemin qui le traversait.
Il reste un sentier praticable, malgré quelques arbres abattus par le vent qui en freinaient parfois l’accès.

 
Chemin de Terres Rouges barré par des troncs

Dans le vallon des Vaux, cette forêt fait face à une autre, située sur le territoire de la commune de Pompaples, les Vounaises de Pinchon.
Un bois qui appartient en grande partie à des habitants d’Arnex.
Il se partage en près de cent parcelles très étroites et dont les limites sont parfois difficiles à déterminer.

La nouvelle affectation de la forêt de Côte de Lin
Dès 2014, cette forêt ne sera plus exploitée et deviendra  une réserve forestière naturelle, pour une durée de 50 ans au moins.
Voir l'article de décembre 2013 relatant cette décision



Forêt du Crêt de la Croix

Bois du Crêt de la Croix devant le Suchet

Ce bois très étroit qui touche la route Arnex-Bofflens se prolongeait autrefois en direction du Nord.
Les dailles (Pin sylvestre)  constituent la principale essence de ce petit bois qui surplombe la combe de Brion.
Le chemin qui le parcourt permettait d’accéder aux champs qui le bordent.
Actuellement, il est fort utilisé par les cavaliers se rendant en Bioute, ce qui le met souvent dans un piteux état.
Cavaliers sortant du bois du Crêt de la Croix


Le Crêt de la Croix sur la carte de 1810




Le Crêt de la Croix sur la carte de 1950

Particularité du Crêt de la Croix
L’origine du nom.
Toponymie : Certains pensent qu’une croix devait se dresser sur cette petite colline.
Se fondant sur cette hypothèse, en décembre 1982, Charles Morel  intervient au Conseil général pour demander d’ériger une croix en cet endroit.
Mise en vote  sa proposition n’enthousiasme guère les citoyens. Il finit donc par la retirer.
En fait, la toponymie officielle parle plutôt d’un endroit où se croisent deux chemins.
Peut-être celui de la route Les Clées –La Sarraz avec la route Arnex-Romainmôtier.

Bramafan
Les champs situés à son extrémité sud, au dessus de Brion, portent le nom de Bramafan.
Certains disent qu’il y avait là autrefois une léproserie dont les cris des malades s’entendaient au village ! Ils bramaient de faim !
Mais je pense que le nom vient plutôt de l’aridité du lieu et des cultures souffrant souvent du sec.
Car il n’est jamais fait mention d’une léproserie en cet endroit.



Forêts situées sur d’autres communes
Les bois de Lavaux et Bellaires situés sur les communes de Romainmôtier et Croy.

Deux autres forêts ont été obtenues lors du partage des forêts de la Terre de Romainmôtier en 1823:
         Le bois de Grands-Esserts de 33 poses sur Vaulion


         Le bois des Bioles aux Auges  sur Premier d’une surface de 10 poses





Aucun commentaire:

Publier un commentaire