mardi 15 novembre 2011

Une seringue pour les pompiers

En 1559, dans les mémoires de Pierrefleur, il est écrit que :
le vendredi second jour de juin, par infortune le feu se prit à Arnex, qui y brûla cinq maisons.Et le dit jour au soir tomba autant de grêle qu’homme vivant visse jamais tomber ; ce néanmoins elle ne fit pas grand dommage, mais l’eau qui tomba avec la grêle en fit grandement.

Voici donc le premier incendie connu du village.
Cinq maisons pour un petit village de 32 feux, c’est un sinistre important, mais dont on en ignore la localisation exacte.
A cete époque les incendies pouvaient causer de grands dégats car les moyens de lutte n'étaient pas très efficaces
Alors en 1697, le gouverneur d’Arnex reçoit cette missive du Bailli Nicolas Manuel :

A vous le Sieur gouverneur d’Arnex, Salut.En exécution des ordres souverains, nous vous mandons et vous commandons de vous rencontrer icy demain positivement à quatre heures après midi pour recevoir deux seringues servant à jeter l’eau, en cas d’incendie, dont Dieu nous préserve et apporterez en mesme temps le paiement à raison de 15 Livres 6/8 la pièce a quoi ne manquerez.
Donné ce 17 mai 1697. »

 Fort heureusement, la technique évolue, et en 1866, la commune d'Arnex achète une nouvelle pompe à Maurice de Lerber


Pompe à incendie des usines de Lerber de Romainmôtier


Après la pompe à de Lerber viendra le tour des  motopompes : une  Renault en 1936, puis la motopompe encore utilisée, achetée à Contra feu pour  fr. 10'800.-  et datant de 1961.
Mais en cas de sinistre important, arriveront sans doute les camions pompes des pompiers d'Orbe



Il apparaît ainsi qu’avant l’ECA, LL.EE se préoccupaient déjà de la défense incendie de leurs sujets, bien que, indubitablement, sans aucune subvention sur le matériel 

 Seringues d'étain pour lutter contre le feu

Avant, ces belles, mais peu efficaces seringues, on utilisait en cas de sinistre, des seaux de cuir appelé "Brochet".
A signaler que très souvent les nouveaux bourgeois de la commune offraient un ou plusieurs brochets de cuir lors de leur admission à la bourgeoisie du lieu.
Brochets de cuir dans la vitrine de la commune de Grandvaux

Aucun commentaire:

Publier un commentaire